Accueil

Bienvenue sur Startup-university.fr

CONSTAT

De manière générale et quelque soient les filières économiques concernées, le taux d’échec des start-ups se situe malheureusement entre 90 et 95%.

Plus que jamais, l’émergence des nouvelles technologies favorise la création de start-ups. La nouvelle génération (génération Z) succède à celle des Millenium. Elle est, aujourd’hui souvent attirée, parfois contrainte (marché de l’emploi tendu), par la création d’entreprise. Ces nouveaux entrepreneurs ont cruellement besoin d’accompagnement.

Nous avons souhaité mettre en place notre plateforme afin de mieux préparer les entrepreneurs et créateurs de start-ups. L’objectif est d’augmenter le taux de réussite de ces jeunes pousses.

Malgré le nombre croissant d’incubateurs et autres organismes dont l’objectif est d’aider les start-ups à démarrer, plus de 90% de ces dernières échouent.

Pourquoi ?

En fait, environ les deux tiers ne devraient pas être lancées car de toute évidence, un ou plusieurs éléments incontournables ne sont pas présents dans le projet (pas de marché, offre qui ne correspond pas à un besoin des clients, équipe incomplète, pas de financement, méconnaissance de l’écosystème …). Il ne suffit pas d’avoir une idée !

Sur les 35% qui restent, environ 25% se retrouvent très souvent en situation d’échec par manque d’expérience, de recul, d’accompagnement, de méthodes, par une mauvaise qualité d’exécution … ; enfin, les 10% qui restent ont de bonnes chances de réussir. Si l’on exclue les 65% précédents, il s’agit de 25% sur les 35% qui pourraient être aidées à réussir, soit 70% d’échecs potentiels qu’il serait souvent possible d’éviter. C’est notre cible numéro 1.

Les 10% restants constituent notre seconde cible car il est important de s’entourer de toutes les conditions pour réussir. Enfin, notre cible  numéro 3 est constituée des 65% de start-ups qui ne devraient pas être lancées. Il est toutefois utile d’analyser les entreprises dans ce cas-là, pour voir si en changeant des éléments dans le projet, l’équipe …,  il serait possible de  créer néanmoins quelque chose de viable.

Les trois catégories de Start-Ups

Les Start-ups qui constituent la CIBLE 1  (25%)

Commettent souvent des erreurs classiques
. Ne disposent pas d’une équipe légitime, complémentaire et complète
. N’ont pas étudié et segmenté suffisamment le marché
. Ne se sont pas assurées du « willingness to pay » des clients
. N’ont pas bien étudié la concurrence
. N’ont pas suffisamment travaillé et formalisé leur offre de produits et services
. N’ont pas bien estimé les risques, ainsi que les coûts et délais d’acquisition client
. N’ont pas mis en œuvre ce qu’il faut pour lancer une innovation
. N’ont pas trouvé les réponses pour combler leurs besoins financiers
. Les hypothèses de leur Business Plan ne sont pas suffisamment travaillées ou crédibles
. Etc …

Un bon accompagnement leur permettrait dans bien des cas, d’éviter l’échec.

CIBLE 2  (10%)

Les Start-ups classées en cible 2 ont des chances de réussir. Pour mettre tous les atouts de leur côté, il est important de s’entourer de toutes les conditions et conseils permettant accroître ses chances de succès.

CIBLE 3  (65%)

Avant de renoncer à lancer sa Start-up, il est possible d’envisager plusieurs actions à mener pour voir si, en changeant un ou plusieurs facteurs, il serait possible de lancer l’entreprise avec de meilleures chances de succès :

  • Retravailler idée
  • Changer de produits et services
  • Choisir d’autres marchés / segments
  • Modifier le business model
  • Créer des étapes
  • Etc …

Pour classer les dossiers en cible 1, 2 ou 3, il est nécessaire de passer par l’étape « Diagnostic ».